Prochains salons et ambitions de 2019

Bonjour la blogosphère!

Aujourd’hui, un petit article récapitulatif des salons auxquels je vais participer, avec une triple casquette assez atypique à porter:

  • auteur auto-édité: et oui, j’ai l’auto-édition dans les gènes. Je n’oublie pas d’où je viens, et pourquoi j’y suis;
  • auteur édité: je confie aux éditions du 38 le privilège (hé, hé!) de défendre mes titres majeurs;
  • directeur de collection: à nouveau pour les éditions du 38, qui m’ont fait l’honneur  de me confier leur collection SF.

Passé cet instant de réajustement mental parfois nécessaire à une haute teneur en hybridation, j’aurais donc plein de choses à proposer, présenter, défendre lors des salons suivants:

D’autres dates et lieux se grefferont peut-être au fil de l’avancement de l’année.

Parmi mes ambitions de 2019, je peux lister les projets suivants:

  • conclure les aventures de Lady Bradsley, mon exploratrice de l’occulte actuellement en exclusivité pour mes mécènes et soutiens sur Tipeee;
  • lancer mon chantier majeur de 2019: l’écriture de la suite de Dino Hunter! Car apparemment, vous ne savez pas ce que c’est qu’un one shot et que vous insistez pour avoir une suite. Hé bien, vous serez exaucés! 😀
  • écrire deux nouvelles d’anticipation (pour tenir compagnie à Spores et l’Appétit des Ombres) dont l’un est au stade de synopsis très détaillé, et l’autre au stade de pitch plutôt avancé. Réservé à l’auto-édition!
  • réfléchir et pitcher quelques aventures (nouvelles, novellas?) dans l’univers de Zombie Kebab ;
  • éditer dans la collection du Fou, aux éditions du 38, entre deux et trois projets SF.

Mais comment parvenir à faire tenir tout ce beau planning dans une année complète alors que l’on a la réputation (revendiquée) d’être un auteur lent à écrire, soigneux de ses textes et pas franchement pressé à « livrer »?

En se fixant un objectif d’écriture, tout simplement. J’en ai brièvement parlé sur Twitter et Facebook, mais en m’inspirant du très prolifique (et talentueux!) ami Stéphane Desienne, j’ambitionne d’écrire cette année 1,000 mots par jour. Hé oh, je ne rêve pas, alors ne rêvez pas non plus, cher lecteur. Le vrai objectif, c’est plutôt qu’en fin d’année j’ai une moyenne lissée aux alentours de 500 mots par jour. Si je ne fais que m’approcher de cet objectif là, j’estimerai être l’homme le plus heureux du monde.

Pour cela, pas cinquante solutions: se retrousser les manches, et toucher ses tapuscrits tous les jours, comme le suggère le très professionnel Lionel Davoust, hécatombeur (si si, ça existe maintenant que je l’ai inventé) de millions de signes annuels.

J’essaierai de faire un point mensuel sur l’avancement de mes projets, mais je ne le promets pas. Je préfère privilégier la régularité dans l’écriture, pas à faire mon malin sur le blog ou les réseaux sociaux.

Et si vous me voyez bailler aux corneilles, bottez-moi les fesses. Fort. S’il vous plaît.

 

 

Imagina’Livres 2018: bilan du salon

Le salon Imagina’Livres 2018 (organisé par l’association Imaginarium) est terminé.

Il a été riche en événements (manifestations, grèves, annulation, mauvais temps, changement d’heure) mais l’équipe a malgré tout tenu bon la barre, et a réussi à délivrer un salon que les auteurs présents semblent qualifier unanimement d’exceptionnel.

03

Votre serviteur, sur son stand magnifiquement orangé

Lire la suite

Auto-édition et impression à la demande

À force que l’on me les réclame à corps et à cris, j’ai accepté de jeter un coup d’oeil appuyé sur la confection des versions brochées de mes nouvelles. Ainsi mon modeste travail pourra prendre un peu plus de place sur vos étagères de bibliothèques, ce qui est, reconnaissons-le, le premier pas vers la reconnaissance éternelle. Zut, ce n’est pas crédible. Continuons tout de même cet article.

Lire la suite

[Nouvelle] Plus qu’un souvenir

couverture

Genre: Romance contemporaine
Temps de lecture: environ 35 à 40 minutes
Éditeur: auto-édité
Prix: 0,99€ (ebook)

Fanny est une célibataire endurcie, au désespoir de sa mère. Elle travaille comme hôtesse de caisse dans une supérette aux côtés de la séduisante Nora. Elle tombe un jour sous le charme d’un des usagers de la salle de sport voisine, mais se heurte à la concurrence de sa collègue qui a jeté son dévolu sur le même homme. Entre trahisons, reconquête et souvenirs perdus, Fanny va se lancer dans la compétition pour conquérir le bel inconnu.

Acheter cette nouvelle en numérique (et laisser une note ou un commentaire!):

Vos chroniques:

 

Imagina’Livres: les préparatifs

L’association L’Imagina’rium reconduit son très sympathique salon Imagina’Livres, pour la deuxième année consécutive:

17 et 18 Mars 2017 de 09h00 à 19h00
Université Toulouse II Jean Jaurès
Salle de représentation de la M.I.E.
Entrée prix libre

Charmé par cet événement l’année dernière, en temps que simple visiteur, j’ai proposé d’y représenter les éditions Walrus lors de cette nouvelle édition, ainsi que mes propres travaux d’auteur auto-édité.

Lire la suite

[Nouvelle] L’appétit des Ombres

Couverture-L'appetit_des_Ombres

Genre: Anticipation
Temps de lecture: environ 35 à 40 minutes
Éditeur: auto-édité
Prix: 0,99€ (ebook)

Le monde se meurt, victime de forces nocturnes dont personne ne sait rien.

Parmi les derniers ressortissants d’une civilisation en décomposition, Wade le taulard vivote en marge de toute moralité jusqu’à ce que le destin mette sur sa route Angie, une adolescente au passé tourmenté.

Ensemble, ils prennent la route de Genève pour y rejoindre la dernière communauté de survivants.

Victime, bourreau, chacun choisira sa propre voie à la surface d’une planète vouée à la perdition.

Acheter cette nouvelle en numérique (et laisser une note ou un commentaire!):

Vos chroniques:

Ray’s Day 2016: bilan et réflexions personnelles

Au lendemain du Ray’s Day 2016, je tenais à publier un billet dont l’objectif est multiple.

Tout d’abord, remercier Neil Jomunsi qui est l’initiateur du Ray’s Day, même s’il s’agit d’un mouvement auto-géré, et Luc Didry qui est l’architecte silencieux du site https://raysday.net. Je pense que tout le monde est d’accord pour noter que sans ces deux bonnes âmes, le mouvement n’aurait probablement pas éclos ni eu la résonnance actuelle.

Ensuite, faire le point sur la journée d’hier. D’un point de vue purement statistiques, mon blog d’auteur a reçu hier 210 visites par 126 visiteurs distincts. Ça va certainement faire marrer les blogueurs-ses littéraires, mais pour moi, c’est un record absolu 🙂

Mon principal référent a été Twitter (normal, me direz-vous, car c’est le réseau social où j’ai été le plus actif), suivi de Google+ et des moteurs de recherche. Facebook (dont je suis absent) a quand même fourni quelques visiteurs, de même que le Lecteur WordPress.com et le blog d’Aemarielle.

Mais venons-en à l’essentiel. Ma nouvelle inédite, « L’Appétit des Ombres », a été téléchargée 156 fois. Je ne reviens pas de ce chiffre, si je le compare à la vingtaine de téléchargement de « Spores! » en Août 2014. En 24 heures.

Il me plait de voir dans ce chiffre une sorte de reconnaissance pour un auteur émergeant, plutôt qu’un simple effet d’aubaine. Je me dis et me rassure, quelque part, en imaginant que parmi tous ces téléchargements, outre mes lecteurs fidèles (que j’aime et que j’embrasse au passage) se cachent nombre de nouveaux lecteurs qui, au mieux, avaient vaguement entendu parler de moi, et au pire me découvrent à peine.

J’espère que « L’appétit des Ombres » leur donnera une bonne image de l’auteur que je suis. Un type qui aime explorer les facettes les plus sombres de ses histoires. Qui aime bousculer, pour ne pas dire choquer. Et oui, qui aime écrire des histoires courtes.

Pourquoi si courtes, d’ailleurs?

Parce que je m’inscris dans un monde moderne, où la plupart des personnes ne lisent plus « par faute de temps ». Alors j’essaie de leur ménager des pauses récréatives à partir de 35 min de lecture (coucou les Bookonautes, un éditeur à suivre). Pas des histoires bâclées, notez bien. Des histoires qui ont un début, un milieu, une fin. Dans ce genre d’exercice, la fin est souvent abrupte, ce qui peut déranger certains lecteurs, et je les comprends: ils sont rentrés dans une histoire à marche forcée (format oblige), viennent à peine de s’attacher à l’un ou l’autre des protagonistes mais paf! voilà que la fin arrive malheureusement déjà.

Cela ne veut pas dire que je néglige les autres lecteurs. Je ne me sens pas encore la capacité d’entretenir leur intérêt sur des romans de 500 pages. Alors j’y vais progressivement.

Mon histoire pulp publiée chez Walrus, « Zombie Kebab« , est à ce titre mon premier exemple de novella, format intermédiaire entre la nouvelle et le roman. J’ai beaucoup appris en terme de chapitrage, progression de l’histoire, entretien du rythme et du souffle du lecteur. « Sanctum Corpus » est une autre novella de Science-Fiction, qui explore les futurs possibles de notre société consumériste et technophile. J’y ai un peu plus fouillé l’univers, les relations entre les personnages. C’est ce que j’ai publié de plus long à ce jour, mais je planche sur « Dino Hunter » dont le texte devrait être finalisé avant la fin de l’année.

Tout cela pour souligner que ma bibliographie ne s’arrête pas à « L’appétit des Ombres ». Que si tu en as apprécié sa lecture, chère lectrice, cher lecteur, je t’invite à découvrir mes autres travaux. En espérant qu’ils te plairont tout autant.

Ray’s Day 2016: L’appétit des Ombres

Aujourd’hui pour la fête de la lecture, je vous offre ma toute dernière production, une nouvelle d’anticipation intitulée « L’appétit des Ombres ». Cliquez sur le lien qui suit l’image pour la télécharger.

wp-1471513945413.jpg
Télécharger (lien valide le 22/08 jusqu’à minuit seulement)

Si elle vous plaît, vous pouvez me soutenir soit en l’achetant dès demain sur les plateformes habituelles (nouveau billet à venir), soit en achetant l’une de mes autres modestes productions.

Votre soutien est important, car grâce à lui, les auteurs pouvent continuer à écrire, nous l’espérons pour votre plus grand plaisir.
Des blogueuses ont eu l’occasion de lire cette nouvelle en avant-première, suivez les liens ci-dessous pour découvrir ce qu’elles en ont pensé.