Toulouse Game Show 2018: le Bilan

Ce week-end, l’équipe des Éditions du 38 (constituée d’Anita Berchenko, Anne-Éléonor Olivier, Sara Greem et moi-même) avons été invités par les Éditions Armada et Rivière Blanche pour partager leur stand. Un stand tout en longueur où, pour une fois, nous étions pleinement à notre aise et avons pu nous étaler.

 

Nous avions pour voisins Jérôme Baud des éditions Armada (merci de nous avoir accueillis!) et Olivier Deparis (merci pour avoir fait que cela soit possible) ainsi que les auteurs et artistes présents : Fanny Liabeuf, Anne-Sophie Kindraich, Alain Blondelon, Sylvain Lamur, J.C. Gapdy, Christophe de Rouau et Frédéric Czilinder.

L’ambiance était formidable (sauf que je tuerais probablement quelqu’un la prochaine fois que j’entendrais le jingle de la SNCF), les cosplayeuses et cosplayers très souvent imaginatifs et bluffants. Du pur spectacle pour les yeux.

Le samedi matin à 11h15, nous participions avec Sylvain Lamur et Frédéric Czilinder à une table ronde sur les représentations de « l’autre » en imaginaire. Cela a été intéressant de nous livrer à cet exercice mais les conditions n’étaient pas acceptables: sur une scène à ras d’un couloir de fort passage, personne ne s’arrêtait évidemment pour nous écouter à l’exception de cinq courageux, dont deux nous fait le plaisir de nous rendre visite ensuite sur nos stands. Bref, une table ronde, oui, mais sur une estrade au milieu d’un couloir à fort passage, non. Du coup, vous l’aurez compris: nous devions répéter l’exercice le dimanche matin, mais nous avons renoncé et avons préféré accueillir le public sur nos stands.

Le public était jeune et festif le samedi: c’était manifestement le jour de sortie entre copines et copains tous plus allumés les uns que les autres, dans une ambiance bonne enfant. Le dimanche était plus familial, les enfants ou adolescents (re)venant avec leurs parents, et s’intéressant un peu plus aux livres qu’aux innombrables sollicitations visuelles, sonores et olfactives habituelles du TGS. Dans cette ambiance, mes marque-pages vélociraptors ont, une nouvelle fois, eu un joli succès.

Bref, une vingtaine d’autographes plus tard, pour ma part, je suis un auteur heureux d’avoir pu faire découvrir aussi bien mon petit dernier, Dino Hunter, que mes classiques auto-édités: Spores!, L’appétit des Ombres, Sanctum Corpus, qui ont chacun réussi à faire leur petit effet sur le salon. Un merci particulier à Magali Lefebvre (dont j’ai eu le plaisir de travailler l’une des nouvelles dans le cadre du Labo de Walrus) pour être venue exprès de Tours pour m’acheter un exemplaire de Dino Hunter qu’elle avait déjà en numérique. Non, je blague. En vrai, elle venait pour Allyson Hannigan, mais elle est quand même venue me voir et ça, j’apprécie 😉

J’ai pris assez peu de photos, je suis navré, mais je suis certain qu’il en circulera plein sur le Facebook des éditions du 38 ou de Sara Greem pour les plus curieux. Je n’en garderai qu’une, pour clôturer un week-end génial, même si en vrai j’ai été malade tout du long: le repas final avec tous les membres du 38.

Notre prochaine date? Échos et Merveilles les 26, 27 et 28 Avril 2019. Prenez note, j’aurais des nouveautés pour vous!

41701009_2166095100297055_6068492788691894272_n

 

 

Les prochains salons où se rencontrer [fin 2018, début 2019]

Vous êtes quelques-uns à avoir posé la question, je réponds donc dans un article dédié.

Les prochains salons où vous aurez une chance de me croiser et de faire dédicacer vos ouvrages :

Je ferais évoluer les pourcentages à mesure qu’ils s’affineront 😉

Dans l’immédiat, vos meilleures chances de me rencontrer seront donc à Ménétrol, à la fin du mois de septembre. J’y serais sur un double stand, auto-édition et Éditions du 38, avec un petit stock de Dino Hunter, Sanctum Corpus, Spores ! et L’appétit des Ombres. Je devrais même avoir des Dino Hunter et des Zombies Kebab collectors, car à couverture orange, pour les nostalgiques de Walrus, mais attention, en quantités très très limitées.

Pour accompagner les ventes de Dino Hunter, j’ai préparé quelques goodies : des marque-pages imprimés en 3D ? Quelle idée, me direz-vous ? Hé bien, les sentimentaux les conserveront en guise de marque-pages, tandis que les puristes s’amuseront à découper et monter la mascotte🦖🦕🌵. Attention, cutter et glu obligatoires pour s’en sortir 😈 et il n’y en aura pas pour tout le monde : quantité limitée à 18 exemplaires !

Pour être tout à fait transparent, je n’ai pour seuls mérites que d’y avoir pensé et d’avoir imprimé le tout de mes blanches mains. Pour le modèle, il vient d’ici : https://www.thingiverse.com/thing:362357

Imagina’Livres 2018: bilan du salon

Le salon Imagina’Livres 2018 (organisé par l’association Imaginarium) est terminé.

Il a été riche en événements (manifestations, grèves, annulation, mauvais temps, changement d’heure) mais l’équipe a malgré tout tenu bon la barre, et a réussi à délivrer un salon que les auteurs présents semblent qualifier unanimement d’exceptionnel.

03

Votre serviteur, sur son stand magnifiquement orangé

Lire la suite

[Nouvelle] L’appétit des Ombres

Couverture-L'appetit_des_Ombres

Genre: Anticipation
Temps de lecture: environ 35 à 40 minutes
Éditeur: auto-édité
Prix: 0,99€ (ebook)

Le monde se meurt, victime de forces nocturnes dont personne ne sait rien.

Parmi les derniers ressortissants d’une civilisation en décomposition, Wade le taulard vivote en marge de toute moralité jusqu’à ce que le destin mette sur sa route Angie, une adolescente au passé tourmenté.

Ensemble, ils prennent la route de Genève pour y rejoindre la dernière communauté de survivants.

Victime, bourreau, chacun choisira sa propre voie à la surface d’une planète vouée à la perdition.

Acheter cette nouvelle en numérique (et laisser une note ou un commentaire!):

Vos chroniques:

Ray’s Day 2016: bilan et réflexions personnelles

Au lendemain du Ray’s Day 2016, je tenais à publier un billet dont l’objectif est multiple.

Tout d’abord, remercier Neil Jomunsi qui est l’initiateur du Ray’s Day, même s’il s’agit d’un mouvement auto-géré, et Luc Didry qui est l’architecte silencieux du site https://raysday.net. Je pense que tout le monde est d’accord pour noter que sans ces deux bonnes âmes, le mouvement n’aurait probablement pas éclos ni eu la résonnance actuelle.

Ensuite, faire le point sur la journée d’hier. D’un point de vue purement statistiques, mon blog d’auteur a reçu hier 210 visites par 126 visiteurs distincts. Ça va certainement faire marrer les blogueurs-ses littéraires, mais pour moi, c’est un record absolu 🙂

Mon principal référent a été Twitter (normal, me direz-vous, car c’est le réseau social où j’ai été le plus actif), suivi de Google+ et des moteurs de recherche. Facebook (dont je suis absent) a quand même fourni quelques visiteurs, de même que le Lecteur WordPress.com et le blog d’Aemarielle.

Mais venons-en à l’essentiel. Ma nouvelle inédite, « L’Appétit des Ombres », a été téléchargée 156 fois. Je ne reviens pas de ce chiffre, si je le compare à la vingtaine de téléchargement de « Spores! » en Août 2014. En 24 heures.

Il me plait de voir dans ce chiffre une sorte de reconnaissance pour un auteur émergeant, plutôt qu’un simple effet d’aubaine. Je me dis et me rassure, quelque part, en imaginant que parmi tous ces téléchargements, outre mes lecteurs fidèles (que j’aime et que j’embrasse au passage) se cachent nombre de nouveaux lecteurs qui, au mieux, avaient vaguement entendu parler de moi, et au pire me découvrent à peine.

J’espère que « L’appétit des Ombres » leur donnera une bonne image de l’auteur que je suis. Un type qui aime explorer les facettes les plus sombres de ses histoires. Qui aime bousculer, pour ne pas dire choquer. Et oui, qui aime écrire des histoires courtes.

Pourquoi si courtes, d’ailleurs?

Parce que je m’inscris dans un monde moderne, où la plupart des personnes ne lisent plus « par faute de temps ». Alors j’essaie de leur ménager des pauses récréatives à partir de 35 min de lecture (coucou les Bookonautes, un éditeur à suivre). Pas des histoires bâclées, notez bien. Des histoires qui ont un début, un milieu, une fin. Dans ce genre d’exercice, la fin est souvent abrupte, ce qui peut déranger certains lecteurs, et je les comprends: ils sont rentrés dans une histoire à marche forcée (format oblige), viennent à peine de s’attacher à l’un ou l’autre des protagonistes mais paf! voilà que la fin arrive malheureusement déjà.

Cela ne veut pas dire que je néglige les autres lecteurs. Je ne me sens pas encore la capacité d’entretenir leur intérêt sur des romans de 500 pages. Alors j’y vais progressivement.

Mon histoire pulp publiée chez Walrus, « Zombie Kebab« , est à ce titre mon premier exemple de novella, format intermédiaire entre la nouvelle et le roman. J’ai beaucoup appris en terme de chapitrage, progression de l’histoire, entretien du rythme et du souffle du lecteur. « Sanctum Corpus » est une autre novella de Science-Fiction, qui explore les futurs possibles de notre société consumériste et technophile. J’y ai un peu plus fouillé l’univers, les relations entre les personnages. C’est ce que j’ai publié de plus long à ce jour, mais je planche sur « Dino Hunter » dont le texte devrait être finalisé avant la fin de l’année.

Tout cela pour souligner que ma bibliographie ne s’arrête pas à « L’appétit des Ombres ». Que si tu en as apprécié sa lecture, chère lectrice, cher lecteur, je t’invite à découvrir mes autres travaux. En espérant qu’ils te plairont tout autant.

Ray’s Day 2016: L’appétit des Ombres

Aujourd’hui pour la fête de la lecture, je vous offre ma toute dernière production, une nouvelle d’anticipation intitulée « L’appétit des Ombres ». Cliquez sur le lien qui suit l’image pour la télécharger.

wp-1471513945413.jpg
Télécharger (lien valide le 22/08 jusqu’à minuit seulement)

Si elle vous plaît, vous pouvez me soutenir soit en l’achetant dès demain sur les plateformes habituelles (nouveau billet à venir), soit en achetant l’une de mes autres modestes productions.

Votre soutien est important, car grâce à lui, les auteurs pouvent continuer à écrire, nous l’espérons pour votre plus grand plaisir.
Des blogueuses ont eu l’occasion de lire cette nouvelle en avant-première, suivez les liens ci-dessous pour découvrir ce qu’elles en ont pensé.