Comment investir, quand on est pauvre, pour prendre son art au sérieux

Il y a peu de temps, l’ami Lionel Davoust s’est pris un sacré shitstorm sur le coin du cigare pour avoir énoncé sur Twitter que « investir, c’est aussi prendre son art au sérieux ». Je ne reviendrais pas sur la maladresse de la formulation, qui laisserait faussement entendre auprès de qui ne connaît pas le bonhomme et tout son travail de fond pour rendre l’écriture accessible au plus grand nombre, que si tu ne claques pas la thune que tu n’as pas dans des logiciels hors de prix, tu ne peux pas être pris au sérieux. Il suffit de lire ses articles pour comprendre que dans son esprit, il n’est pas question que d’investissement financier, mais aussi et surtout d’investissement personnel.

nick-morrison-FHnnjk1Yj7Y-unsplash
Laptop and notepad |Photo by Nick Morrison on Unsplash

Au lieu de cela, je vais plutôt montrer que de nombreux outils (informatiques, il en existe également de formidables au format papier, mais considérons que je suis un fétichiste du bit) sont à disposition des auteurs et autrices, qu’elles soient débutantes ou aguerries, la plupart du temps pour pas un rond. Je ne manquerai toutefois pas de souligner l’existence des solutions les plus célèbres ou des plus répandues, même payantes. Ainsi, il y en aura pour toutes les bourses, ainsi que toutes les philosophies (promoteur de logiciels libres et de partage, on ne me refera pas) !

Je ne donne qu’assez peu de commentaires sur chacune de ces solutions, car au-delà de ce que j’utilise ou de ce que j’apprécie, cela reste très subjectif. Testez-les, utilisez-les, faites-vous votre propre idée. Le but est ici de vous exposer à une partie de ce qui existe, ce qui vous aidera à devenir un auteur sérieux (si vous partagez cette notion) 😉

Cette liste sera bien évidemment mise à jour au rythme de vos commentaires, de mes découvertes, des phases de la Lune, de l’humeur de Donald Trump. Ah non, pas Donnie. Il est dangereux, lui. Lire la suite