Walrus ferme ses portes

La nouvelle a fait grand bruit, dans le cercle des petits éditeurs et de leurs aficionados à la recherche de titres uniques, atypiques et un peu fous. C’est avec tristesse que je vous annonce la fermeture de Walrus, les livres aux couvertures orange qui ont assuré au Morse une identité si claire et particulière.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Mes deux ouvrages parus chez eux, Zombie Kebab et le tout récent Dino Hunter, disparaîtront des plateformes très prochainement.

Il reste deux façons de les lire et de soutenir mon activité d’auteur:

  • Vous ruer sur les plateformes de vente pour les acheter avant samedi 30 juin 2018 au soir (minuit?)
  • Devenir l’un de mes mécènes sur Tipeee et les obtenir en remerciement de votre soutien financier.

Pour les plus motivés d’entre vous, sachez qu’il me reste quelques exemplaires de chaque, à dédicacer (Zombie Kebab à 12 €, Dino Hunter à 20€) et expédier (5€ de frais de port en France métropolitaine).

L’avenir est encore incertain pour ces deux titres. Je vais tenter de leur trouver une nouvelle maison (j’ai quelques pistes qui doivent être confirmées avant toute chose) mais j’espère qu’ils ne disparaîtront pas trop longuement des radars, car le démarrage de Dino Hunter a été plutôt bon. Je suis vraiment triste que son succès soit ainsi stoppé en plein vol.

Dans un autre registre, j’aurais prochainement une bonne (bien que modeste) nouvelle à vous annoncer, je vous dis donc à très bientôt!

Publicités

[Nouvelle Fantasy] Le dernier serviteur

« Le dernier serviteur » est une nouvelle un peu spéciale.

Il s’agit de ma réponse à l’Appel à Textes d’Etherval, la revue de l’imaginaire. Le thème était « Chance et Mauvaise fortune« , et j’avais envie de m’essayer au genre de la Fantasy, pour me changer agréablement de ce que je produis habituellement. Il en est résulté un texte court dont vous trouverez le pitch ci-dessous.

« Mwanba est le dernier serviteur de Dokkå, la Déesse de la Chance assassinée par son propre fils, le tyrannique et déicide Kuntåli. Lorsque le monde menace de s’effondrer, c’est lui que l’on envoie s’opposer au Seigneur de l’Entropie. Mais quelles ressources lui reste-t-il maintenant que sa Déesse n’est plus, et que ses ultimes enchantements se délitent? »

Il est encore bien trop tôt pour dire si ce texte, qui se veut inspiré par l’antiquité noire africaine, séduira ou non le comité de lecture d’Etherval. Si oui, vous pourrez le lire dans la revue. Sinon, je vous en offrirai la lecture dès que les résultats seront connus.

En attendant, il est d’ores et déjà disponible en cadeau bonus pour mes Tipeurs. N’hésitez d’ailleurs pas à faire comme eux: venez découvrir mes textes en avant-première en devenant vous aussi un de mes soutiens sur Tipeee (https://www.tipeee.com/olivier-saraja).

Les aventures occultes de Lady Bradsley: l’épisode 2 est en cours!

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux (et il y a le choix, entre Twitter, Facebook, Framasphere, G+ et Mastodon), ou si vous faites partie de mes mécènes (Tipeee), vous n’avez certainement pas manqué la nouvelle.

Mes Tipeurs de la première heure ont en effet fini de découvrir le premier épisode, et quittent les rues de New Kowloon et Hong Kong pour découvrir les territoires glaciaux du Népal.

La couverture du deuxième épisode se dévoile ci-dessous.

Il n’est pas trop tard pour découvrir les aventures de Lady B. Il suffit de devenir à votre tour mécène, à partir d’un Euro sur Tipeee !

https://www.tipeee.com/olivier-saraja

Rejoignez-nous et accédez, en plus, à mes nouvelles, voire novellas et romans, en fonction de votre niveau de soutien!

Tipeee et moi (contre le syndrome de l’imposteur)

Il y a quelques jours, le très honorable Neil Jomunsi se lançait dans la deuxième saison du Projet Bradbury (dont la première édition était un franc succès, de mon humble point de vue). Contrairement à la première fois, plutôt que de recourir à une souscription de la part de ses lecteurs, il offre ses nouvelles en libre accès sur son site et réserve des versions epub pour ses Tipeurs. Ses mécènes modernes.

Lire la suite