Les Imaginales 2017 sont en vue!

Et oui, suite à Imagina’Livres, il faut croire que j’ai pris goût aux salons littéraires consacrés aux genres de la SFFF 🙂 J’ai donc le plaisir de vous annoncer que je serais aux Imaginales les vendredi 19 Mai et samedi 20 Mai à Épinal!

Une nouvelle fois, j’aurais l’honneur de représenter les Studios Walrus, bien décidés à se montrer un peu plus souvent hors du terrain numérique. Cela se fera grâce à l’aimable collaboration de Numeriklivres qui nous accueillera sur son stand.

D’autres auteurs signés chez Walrus seront présents aux Imaginales et me tiendront compagnie sur le stand, lorsque leurs obligations le leur permettront.

Si vous venez aux Imaginales, merci de nous rendre visite pour faire connaissance, discuter, échanger! Ce sera l’occasion de découvrir quelques visages de Walrus, se frotter à son état d’esprit Pulp, et en découvrir plus sur le Labo!

Bilan Imagina’Livres 2017

Le salon Imagina’Livres organisé par l’association Imagina’rium valait bien un petit article bilan. L’ambiance y était excellente, l’organisation bien rodée malgré deux toutes petites années d’existence et les bénévoles aux petits soins pour les exposants comme pour les visiteurs.

ImaginAsso

Logo de l’association Imagina’rium

L’implantation des stands facilitaient la circulation entre ceux-ci, permettant aux exposants de se saluer, échanger des mots amicaux et discuter des projets respectifs. Parmi les éditeurs présents se trouvaient ainsi les Éditions Flammèche, les Éditions du 38 ou encore Walrus que je représentais.

De nombreux auteurs étaient également présents pour signer leurs ouvrages, comme Sara Doke, Erik L’homme, Valérie Simon, Jean-Claude Dunyach, Sylvain Lamur que ce soit auprès de leur maison ou sur le stand de la très sympathique librairie Série B.

IMG_20170317_133814

La Librairie Série B

Pour ma part, j’étais voisin de Via Fabula sur ma gauche (en espérant qu’Aurélie ne m’en veut toujours pas pour ce café renversé) et les très charmants Jessica Treuveur (Thérianthropia) et Fred Marty (Sherona, Chroniques de Gabriel) de l’autre.

Stéphanie Gras n’était pas loin derrière moi (merci pour ces savoureux brownies) et j’ai pu également faire connaissance des charmantes Laura Ferret-Rincon, et C.M. Edgar ou encore de l’inénarrable Pierre Efratas. Je ne peux pas tous les citer, mais tous ont eu un gentil mot pour le primo-exposant que j’étais.

Car oui, il s’agissait de mon premier salon littéraire. J’en avais certes déjà fait quelques uns dans ma carrière ludique (le Salon du Jeux de Versailles à l’époque d’Oriflam) ou professionnel (notamment le Salon du Bourget pour mon occupation professionnelle) mais il m’a fallu m’y préparer.

A ma disposition, une vingtaine d’ouvrages aux couleurs orange bien flashy pour Walrus, qui ont attiré l’œil aussi bien que les rires à la découverte du titre de certains ouvrages (Zombie Kebab, ça ne s’invente pas, apparemment) ainsi que des cartes de visite permettant de télécharger les extraits de toute la collection Pulp.

Côté auto-édition, j’ai bien sûr amené quelques exemplaires de ma novella SF Sanctum Corpus et confectionné (merci à ma moitié) des cartes de téléchargement avec code individuel pour chacun de mes ouvrages (Spores, Sanctum Corpus, L’appétit des Ombres).

Grâce à leur présentation sous forme de joli distributeurs de cartes, elles ont rencontré un succès certain. Comme je suis du genre partageur, et pour que mes confrères auto-édités (mais également édités, n’est-ce-pas, Anita ?) puissent se les approprier, vous trouverez ci-dessous (et en téléchargement au format PDF ici) le gabarit de découpage et de pliage, qu’il ne vous restera plus qu’à customiser à vos couleurs et à imprimer à l’échelle souhaitée.

gabarit
De ce salon, je ne retiens au final que des choses positives, et comme pas mal de monde, j’ai envie de dire : vivement l’année prochaine pour la troisième édition, en excellente compagnie !

 

DSC_1379

Fred Marty, JL Treuveur, et moi-même

Une newsletter de plus?

Cela faisait un moment que l’envie me tiraillait: ça y est, c’est fait, je viens d’ouvrir les inscriptions à ma newsletter. Il s’agira d’une lettre d’information à parution irrégulière (ou tout au plus mensuelle: je ne souhaite pas finir dans votre corbeille d’indésirables) qui vous présentera mon actualité d’auteur.

Outre un récapitulatif des derniers billets les plus populaires, ce sera surtout l’occasion de faire le point sur les différents projets d’écriture, en cours ou à venir. De vous révéler quelques coulisses de mon activité, voire même de vous faire participer à travers des concours, des lectures en avant-première ou encore, pour les plus motivés, de vous investir en tant que bêta-lecteurs ou illustrateurs.

Cela me permettra en outre de mieux vous connaître. Si nombre d’entre vous sont des lecteurs réguliers qui me suivent depuis mes débuts et le font savoir (je ne saurais jamais assez vous en remercier), vous vous révélez pour la plupart discrets aussi m’intéresserai-je plus particulièrement à vos goûts, vos habitudes de lecture (ou même d’écriture!) et pourquoi pas, vos souhaits.

J’ai donc le plaisir de mettre à disposition un formulaire d’inscription (Newsletter dans le menu horizontal sous la bannière d’accueil, ou encore tout en bas du menu latéral) que je vous invite à remplir. Les moins curieux le trouveront tout simplement au bout de ce lien.
Je vous dis à très bientôt!

Imagina’Livres: les préparatifs

L’association L’Imagina’rium reconduit son très sympathique salon Imagina’Livres, pour la deuxième année consécutive:

17 et 18 Mars 2017 de 09h00 à 19h00
Université Toulouse II Jean Jaurès
Salle de représentation de la M.I.E.
Entrée prix libre

Charmé par cet événement l’année dernière, en temps que simple visiteur, j’ai proposé d’y représenter les éditions Walrus lors de cette nouvelle édition, ainsi que mes propres travaux d’auteur auto-édité.

Lire la suite

#DéfiRomance 

Le #DéfiRomance, qu’est-ce que c’est?

Comme son nom le suggère, c’est un défi de mes sphères amicale et familiale que j’ai accepté de relever. Son objet? Écrire une romance (format nouvelle, objectif de 10,000 mots environ) pour la Saint Valentin. En effet, mes lectrices m’adressaient la remarque suivante de façon assez récurrente: « tes histoires sont vraiment sympas, tes univers fascinants, mais les relations entre les personnages féminins et masculins sont toujours survolées dans tes histoires. J’adhèrerais plus pleinement à ce que tu écris si tu travaillais ce point particulier. »

Bien évidemment, j’ai à cœur de livrer les histoires les plus passionnantes possibles, mais lorsque l’on travaille sur des formats courts, comme les nouvelles, développer les relations entre les personnages en plus du thème principal n’est pas forcément facile dans un volume acceptable. D’autant que personnellement, je ne suis pas un lecteur de romances et que cela ne me passionne pas particulièrement.

Pour parvenir à améliorer ma narration sur ce point particulier (et en général, car il faut apprendre de chaque situation), j’ai donc accepté de sortir de ma zone de confort et de relever ce défi un peu fou: écrire une romance.

Lire la suite

Sanctum Corpus : une novella à lire sans plus attendre

Et si vous vous laissiez tenter à votre tour par une visite des bas-fonds de Gamma et de ses sombres secrets?

Des Livres et des Cris

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une novella d’Olivier Saraja : Sanctum Corpus. Je l’ai depuis un moment, mais n’avais pas encore eu la possibilité de la lire tranquillement. C’est chose faite, et mon dieu, je suis bien contente d’avoir eu davantage de pages que pour les précédents ouvrages ! 😉

cppqqwwweaa7tft-1

Je trouve la couverture sombre, mais très proche du texte : elle représente bien Gamma et l’atmosphère qui y règne. On y retrouve également le côté futuriste et cette décadence de l’humanité. Bravo à Mike Luard !

Il y eut la guerre.

Les hommes étaient allés trop loin dans leur maîtrise du vivant : eugénisme, banque d’organes, immortalité. Scandalisé de n’être qu’une matière première génétique à exploiter, le tiers-monde finit par se révolter. Une société standardisée émergea, plus juste et régulée par des intelligences artificielles, mais lorsque des vagabonds extra-terrestres s’échouèrent sur Terre, il n’y eut d’alternative à…

View original post 335 mots de plus

3 trucs qui alourdissent votre style

Ah, les problèmes de style. On les trouve certes chez les auteurs débutants, mais une piqûre de rappel n’est jamais superflue même pour des auteurs un peu plus aguerris! Pour ma part, ils restent bienvenus 🙂

Métafaure

Les auteurs débutants ont un défaut majeur je crois : ils veulent trop bien faire. Et donc ils en font trop, ils rajoutent des mots en trop, ils vont chercher des mots plus compliqués que nécessaire, et ça donne un style scolaire, pas fluide, irritant.

stylo-plume

Si vous vous sentez visé, ne le prenez pas mal. Laissez reposer un peu votre texte, et reprenez-le en ayant ça en tête. Ne désespérez pas, ces défauts de style que je pointe ici, je les retrouve quand je relis de vieux textes à moi. C’est normal. Tout le monde passe par là. On essaie tous de « trop » bien faire au début.

Ce « trop bien faire » passe surtout par l’envie de montrer au lecteur l’étendue de son vocabulaire, donc mettre le plus de mots possibles par phrase, et surtout, surtout, éviter les répétitions, parce que tout le monde sait que les répétitions, c’est le mal…

View original post 885 mots de plus

Ma venue aux salons est surtout une question d’argent

Un très bel article de Vanessa, qui présente l’envers du décor de l’auteur qui se décarcasse pour son oeuvre (d’ailleurs, si vous ne la connaissez pas encore, lisez-la).

Avec comme point d’orgue ce commentaire résumé: « lecteurs, si vous souhaitez qu’un auteur participe au salon de vitre livre, ne le lui demander pas à lui. Contactez le salon et demandez pour qu’il y soit invité ! »

Vanessa Terral

Il s’agit d’un article assez long. Si vous êtes ici dans une démarche de feuilletage d’Internet, je vous invite à vous rendre tout en bas de l’article où la conclusion (juste au-dessus de l’ajout du 16 septembre) résume assez bien tout ce qui va suivre.
Je tiens aussi à préciser que ce que je m’apprête à raconter tient surtout de mon expérience personnelle d’auteure d’Imaginaire. C’est un petit monde à part, notamment en ce que nous ne vendons quasiment rien dans les salons généralistes.

J’écris cet article car, il y a quelques jours, j’ai lu de nouveau une remarque qui devrait me faire très plaisir, mais qui me donne juste envie de me rouler en boule dans un coin sombre.
« C’est chouette que tu viennes à tel salon ! J’ai vraiment hâte de te rencontrer, tu devrais venir plus souvent. »
En général suit une liste de raisons pour…

View original post 3 501 mots de plus